HIPPOSOPHIE

AU HARAS DU CHAMP DU LOUP

Francis Stuck vous propose de parfaire votre pratique de l'équitation au Haras du Champ du Loup dans un esprit "hipposophique" proposant une vision élargie et panoramique de l'équitation. En effet, si l'aboutissement de l'équitation se pratique en selle, cette alchimie passe par l'étude de nombreuses disciplines qui apportent des connaissances indispensables à une bonne compréhension de la philosophie ou de la pratique de la discipline équestre. Mais l'élément central reste le cheval, animal mystérieux, énigmatique, simple et complexe, mythologique, mystique et transcendental. Nous invitons ainsi chaque cavalier à venir à sa propre rencontre par une étude adaptée aux intérêts et aux buts de chacun.

Mais seule la quête de plaisir, de partage et de passion guide nos enseignements.

Découvrez ci-dessous un résumé des nombreux sujets traités soit par un enseignement continu, soit par des cours ponctuels, soit par des stages, des séminaires, des clinics en individuel ou en collectif.

Nos enseignements sont disponibles au Haras, mais également chez vous, dans votre écurie.

Pour les enseignements théoriques, ils sont accessibles également par visio-conférence Skype. 

Nos cours, séminaires et formations sont ouverts à des cavaliers de tous niveaux et à toutes les races de chevaux, quel que soit leur degré de dressage.

Une évaluation préalable permet à nos enseignants de s'adapter pleinement à chaque cavalier et à chaque cheval.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter directement Francis Stuck par téléphone au 06 07 09 21 01

(WhatsApp +33 607 09 21 01​) ou par email.

Psychologie du cheval

Avant seulement de monter en selle, il convient de faire connaissance avec ce noble animal à qui l'humanité doit tant, le cheval. Il s'agit d'un être vivant doté d'une sensibilité, d'un esprit de vie et d'une forme d'intelligence liée à un instinct inhérent à sa race, à ses origines et à son utilisation. Il répond à un mode de communication spécifique dont il convient d'apprendre les codes et les règles si l'on souhaite créer une future alchimie et tendre vers une harmonie totale dans une authentique et sincère recherche de plaisir.

Ainsi, le cheval dispose d'un mode de réflexion, d'analyse et de pensées lié à des capacités de mémorisation et de cognition particulièrement étonnants que la pensée unique équestre est loin de soupçonner.

Les récentes études et expérimentations ont de surcroit ouvert un chemin de révélation passionnant qui remettent en cause de nombreuses idées et pratiques usuelles.

Nous proposons cette formation importante afin de permettre aux cavaliers de connaître la psychologie du cheval afin de communiquer avec lui dans un esprit de respect dénué de tout anthropomorphisme.

Image Peinture sur Toile

Langage et cognition du cheval

Le cheval est un être sensible doté d'un modèle d'intelligence inhérent à sa race et à son espèce.

La création d'une parfaite harmonie passe par la construction d'un langage inter-espèces. Pour cela, il est indispensable de disposer des connaissances liées aux capacités cognitives du cheval. 

  • Comment est structuré son "logiciel" de compréhension ?

  • Pourquoi certaines attitudes ?

  • Comment y répondre ?

  • Comment s'adresser à lui ?

  • Que comprend-il ?

  • Pourquoi ?

  • Quels sont les codes et formulations à employer ?

  • Comment perçoit-il les humains ?

La liste de questions n'est pas exhaustive et la connaissance des réponses permettra la construction de cette alchimie indispensable à la création d'une harmonie véritable entre le cavalier et son cheval.

L'étude des textes anciens, la connaissance des règles éthologiques, les récents résultats d'expériences effectuées dans la sphère universitaire concernant l'intelligence du cheval et surtout l'expérience du contact et d'expérimentations durant plusieurs décennies permettent à Francis Stuck d'apporter des réponses concrètes, objectives et pratiques.

Il faut impérativement sortir de l'approche purement biomécanique et reconsidérer la psychologie et l'intelligence du cheval. Elle est dénuée de tout romantisme et de tout anthropomorphisme.

L'équitation passe par cet apprentissage avant seulement de commencer à manipuler le cheval ou à monter sur son dos.

Chaque geste, chaque regard, chaque mouvement de la part du cavalier sont autant de signes et de termes de langage qui induisent systématiquement une réaction.

De surcroit, en sachant qu'un cheval sent une mouche posée sur sa croupe et que tous ses sens sont infiniment plus développés que ceux des humains, chaque mouvement de rêne, chaque action de jambe, chaque changement de position ou déplacement du buste sont des éléments de langage.

Il est fondamental que le cavalier en prenne conscience et adapte son attitude.

L'alchimie est à ce prix.

Photo : Laboratoire du Prof. Matsuzawa - Université de Kyoto 

Ethologie théorique et pratique

Après la connaissance de la psychologie du cheval et de ses capacités cognitives, il est fondamental de connaitre les bases éthologiques. La science du comportement passe par l'étude du troupeau, de son organisation, du rôle et des attitudes de chaque cheval, membre de cette micro-société.

Celle-ci répond à une organisation inhérente à la race, à l'espèce et à l'évolution historique des chevaux.

Les connaissances éthologiques sont de ce fait primordiales pour une parfaite compréhension de la plus noble conquête de l'homme.

Il n'y a pas de hasard et dans ce domaine tout s'explique.

Aussi des détails d'attitude de la part du cavalier peuvent changer de manière extrême la réponse que donne le cheval.

Le regard, les mouvements du corps, les mouvements et positions des bras sont autant d'éléments de langage.

Mais surtout, comment répondre aux questions du cheval ? 

  • Pourquoi ne veut-il pas passer par tel endroit ?

  • Pourquoi ne veut-il pas entrer dans le van ?

  • Pourquoi a-t-il peur d'une flaque d'eau ?

  • Pourquoi essaie-t-il de mordre ?

  • Pourquoi fait-il des écarts subitement ?

  • Comment le faire venir à soi quand il est en liberté ?

  • Etc ...

 

Celles-ci surviennent invariablement et il est indispensable que le cavalier puisse apporter la réponse idoine.

A défaut, c'est le cheval qui apporte sa propre réponse et elle ne correspond pas forcément aux attentes du cavalier.

Les chevaux sont des animaux gentils et empathiques. 

Mais parfois des dysfonctionnements surviennent et il appartient au cavalier d'apporter les réponses justes.

L'improvisation n'est pas de mise car ce langage inter-espèces répond à des règles aussi strictes que les règles d'orthographe et de grammaire de n'importe quelle langue étrangère.

Or ce n'est pas le cheval qui est demandeur mais ce sont les humains. Et donc, c'est à eux d'apprendre à parler "cheval". 

Les chevaux connaissent les humains. Cela fait partie de leur patrimoine génétique et instinctif. Ils n'ont pas besoin d'apprendre car ils savent.

Ainsi c'est aux humains de faire cet effort. Toute la relation qu'ils construiront avec les chevaux est dépendante de cela.

Travail au sol selon les préceptes de l'équitation ancienne

L'équitation ancienne et baroque, celle qui fut codifiée par François Robichon de la GUERINIERE et enrichie par ses successeurs et notamment François BAUCHER, nous laissent un héritage culturel et opératif avec le travail du cheval à pied et au sol.

Toujours en faisant appel à l'intelligence du cheval et à ses capacités cognitives, il est indispensable de lui montrer les exercices et le sens du travail d'équilibre avant seulement de vouloir se hisser sur son dos.

Le cheval n'est pas un automate et en faisant appel à son intelligence, il est possible de préparer le travail en selle, les mouvements d'incurvation ainsi que le sens de l'équilibre par le travail à pied.

Ces exercices sont d'une efficacité rare et autorisent un gain de temps non négligeable dans la progression de l'instruction du cheval et du cavalier.

Car la compréhension d'un geste ou d'une attitude n'est pas la même depuis le sol que si l'on est en selle. 

Aussi les vertus pédagogiques ne se limitent pas au cheval puisque le cavalier en bénéficie dans les même proportions.

Chaque cavalier devrait acquérir ces enseignements, ne serait-ce que pour agrémenter le travail de son cheval et de le rendre infiniment plus fructueux.

Tous les airs peuvent ainsi être préparés et ce jusqu'au passage ou au piaffé voire à la levade.

Cet enseignement fait ainsi partie intégrante du cursus de formation de nos cavaliers.

Travail de longe

Le travail de longe représente un préalable qui s'inscrit obligatoirement dans le rituel de chaque séance de travail.

Quand le cheval sort de son boxe, il doit impérativement pouvoir se détendre, se défouler et s'étirer aux trois allures.

Ce travail se fait de manière respectueuse, sans aucun enrênement, la longe fixée sur un simple licol.

Rappelons que tout système d'entrave ou présentant une quelconque coercition entraine systématiquement des réticences, des blocages voire des pathologies au final.

De ce fait, avec une bonne compréhension et une application objective des règles éthologiques et de la psychologie du cheval, il n'est absolument pas nécessaire d'utiliser des moyens de contrainte, quels qu'ils soient.

Rappelons que l'équitation ouvre un chemin d'harmonie. Or l'étymologie de ce nom ne peut induire une quelconque notion de contrainte.

Le travail de longe demeure indispensable pour la décontraction du cheval au sortir de l'écurie. Et de surcroit la ligne courbe formée par le cercle prépare le cheval au travail de mise en équilibre et de rassembler.

Dans un esprit symbolique, le cercle devrait présenter un diamètre de 13 m à l'instar de la piste de cirque.

Car 13 multiplié par le nombre PI (3,1416) indique un produit égal à 40,84 soit le millième du tour de la Terre.

Ainsi, dans ce travail, le cheval dessine symboliquement l'environnement temporel dans lequel il évolue avec son cavalier.

Au-delà de cette réflexion, cette symbolique peut nous montrer un autre chemin de transcendance avec la reproduction du cercle représenté par le cheval et du point en son centre représenté par le cavalier. 

Comprenne qui pourra ...

Gymnastique du cheval - Biomécanique - Exercices ostéopathiques à pied et en selle

La connaissance de la biomécanique du cheval est essentielle pour une bonne compréhension de sa locomotion et pour un travail orienté de manière respectueuse et conforme aux impératifs de sa physionomie.

Mais gare aux idées reçues et à la pensée unique équestre qui est aujourd'hui érigée en dogme dont la plupart ont oublié les racines et les fondements et se limitent ainsi à reproduire des exercices de manière automatique.

Là encore, l'équitation ancienne associée aux connaissances que nous révèle la science contemporaine, ouvrent un chemin d'introspection essentiel.

Ne nous trompons pas dans l'interprétation de la définition de l'équilibre. 

Une connaissance avérée de la biomécanique associée à des exercices de gymnastique adaptés sont indispensable à la préparation des chevaux, quelle que soit la discipline.

L'équitation ancienne nous laisse également en héritage des exercices d'ostéopathie à pied et en selle qui permettent de soigner nombre de petits problèmes articulaires et musculaires des chevaux.

Jadis, les soldats de la cavalerie connaissaient ces exercices et savaient "réparer" leur monture.

Il s'agit d'une frange de patrimoine équestre oublié pour beaucoup et qui gagnerait à être réhabilitée, ne serait-ce que pour le confort et le bien-être des chevaux.

Voilà également un chapitre important dont bénéficient nos élèves cavaliers et écuyers.

Travail de la position et de l'assiette du cavalier

Quoi de plus important que la position du cavalier en selle !

La quête de l'équilibre du cheval dépend essentiellement de la stabilité du cavalier.

De fait, la recherche de la position idéale représente un élément fondamental de cette construction alchimique.

D'un point de vue kinesthésique, le cavalier est en appui sur le triangle ischions / pubis.

Etonnement, en reliant les trois points de cette figure géométrique, on obtient un triangle aux proportions du nombre d'or. Quelle curieuse coïncidence ...

Encore un élément de symbolisme qui vient se rajouter à tous les éléments qui composent ce jeu d'équilibre précaire entre un humain et un animal dans une dichotomie étonnante.

Cette position entraine une attitude générale qui tend vers une perpendiculaire parfaite entre l'axe vertical du cavalier et l'axe horizontal du cheval.

Mais surtout, le cavalier doit se tenir en équilibre sur ces trois points. Les jambes doivent tomber naturellement le long des flancs du cheval. Il ne doit y avoir aucune tension, ni aucune résistance. Le corps doit épouser naturellement et avec souplesse les mouvements du cheval.

L'exercice de longe va permettre au cavalier de prendre conscience de tous les points de contact avec le cheval. 

En effet, celui-ci ressent une mouche posée sur sa croupe. De fait, des jambes ballottantes qui touchent de manière intempestive les flancs sont autant d'éléments de langage et de signaux que doit déchiffrer le cheval.

Ainsi, dans notre philosophie qui consiste à s'adresser à l'intelligence de l'animal, il est impératif que le cavalier apprenne à contrôler tous les éléments de ce langage non verbal et donc à apprendre à rester maître de tous les mouvements de son corps. Il s'agit clairement d'un travail de "Présence à l'Instant" évoqué dans un autre chapitre.

Le débutant va découvrir l'équitation de cette manière afin de créer l'assurance nécessaire à une aisance totale en selle.

Il apprend dans le même le langage des aides afin de pouvoir s'adresser au cheval de manière ordonnée, sensée et constructive.

Le cavalier avancé va travailler régulièrement en longe afin de parfaire son assiette et de perfectionner sa position et sa posture.

Méditation - Présence à l'Instant - Au sol et à cheval

Pourquoi parler de méditation et de présence à l'instant en équitation ?

Le mental des humains conceptualise en permanence alors que celui du cheval est en permanence à l'instant présent.

La construction d'une communication efficace et d'une relation harmonieuse passe par la compréhension du logiciel "cheval". C'est le règne de toutes les possibilités et de toutes les harmonies.

Et cela passe par l'alignement des deux esprits. 

Cela ne se fait pas naturellement puisque la nature humaine n'y est pas prédisposée.

Ainsi c'est au cavalier de se mettre au diapason du cheval qui demeure en permanence à l'écoute de l'intelligence universelle.

Ce sont des techniques très anciennes que chacun peut apprendre et exercer.

Nous vous proposons ainsi des stages et des cours de méditation et d'exercices de "présence à l'instant" au sol puis à cheval.

Francis Stuck dispose d'une très longue expérience de l'étude des sciences de l'esprit, de la pratique de la méditation et des techniques anciennes de la "Présence à l'Instant".

Il collabore notamment en qualité de consultant auprès de l'ISICNV du Dr Marco PARET, formateur et référence internationale en hypnothérapie, en magnétisme et en mesmérisme. 

Ensemble, le Dr Marco PARET et Francis STUCK ont développé une approche spécifique liée au cheval et à l'équitation.

 

Découvrez le site de Francis STUCK

Préparation et entretien physique du cavalier

Un peu d'histoire….

Dans l'Antiquité, l'athlète s’entraîne en vue d'épreuves : course, lutte, lancer, etc ... 

Les chevaux doivent d'abord être soumis. On recherche aussi la vitesse (instantanée).

Au XIX° siècle, des méthodes s'opposent : d'Aure et Baucher.

L'anglomanie favorise le développement des courses. Les innovations en sciences et techniques permettent des progrès notables.

Fin XIX° : développement du sport dans les armées et donc dans l'équitation.

Mais il y a peu de préparation physique du cavalier ( on s’intéresse surtout au cheval).

« L'équitation prépare à l'équitation »

La mise en selle (et donc l'assiette) résout tout ! Le sport de haut niveau ( fin XX°) conduit à une révolution culturelle.

En 2017 à Saumur, une réflexion est menée sur les performances du couple cheval/cavalier depuis plusieurs années en collaboration.

Une préparation spécifique du cavalier est conçue et ne cesse de s'améliorer.

Le gainage est un concept de musculation qui permet de tonifier les muscles abdominaux profonds (psoas, iliaque, carré des lombes, abdominaux transverses et obliques) et de la chaîne musculaire dorsale afin de maintenir l'alignement de la colonne vertébrale dans sa position anatomique.

Et les exercices de gainage protègent les disques intervertébraux et développent les qualités proprioceptives d'équilibration en assurant une tonicité globale du tronc, indispensable pour l'assiette du cavalier.

Ils favorisent ainsi la transmission des forces d'impulsion verticale pendant la pratique de l'équitation et contribue à un meilleur équilibre donc une meilleure assiette.

Cette préparation physique est assurée par le Lt-Col. Dominique SIEGWART, ancien écuyer du Cadre Noir de Saumur.

Travail de l'équilibre du cavalier et du cheval

La quête d'équilibre représente sans nul doute la finalité de toute la démarche équestre.

Equilibre dans l'espace afin de permettre au cheval de gérer au mieux le poids et les mouvements du cavalier.

Equilibre dans le mouvement pour accéder à une exécution aisée de tous les mouvements et de tous les airs, quelle que soit l'allure.

Equilibre cosmologique, afin que le cavalier soit positionné dans l'axe de rotation de la Terre et le cheval placé dans l'axe de l'Equateur.

Equilibre symbolique, car dans cette vision cosmologique, le couple cavalier / cheval incarne le monde temporel.

Equilibre mystique, car dans cette perfection, le cheval devient un enseignant, montrant au cavalier le chemin de la verticalité. Comprenne qui pourra ...

Equilibre du langage sans contrainte, sans heurts, sans ombrage, sans colères, sans tension, dans une harmonie totale.

La légèreté en est ainsi la conséquence. 

Construction du langage homme/cheval en selle

Depuis la nuit des temps, les approches équestres furent basées quasi irrémédiablement sur une approche biomécanique. De manière caricaturale, mettre la rêne gauche, reculer la jambe droite, etc ... et si le cheval n'obtempère pas, utiliser des enrênements et autres moyens de coercition.

Bien évidemment, de nombreux écuyers ont révélé et amplifié la nature sensible du cheval.

Mais aujourd'hui, nous disposons d'éléments supplémentaires avec les résultats des expérimentations scientifiques concernant les capacités cognitives du cheval et plus largement son intelligence.

Et il apparait que le cheval dispose de facultés de mémorisation et de compréhension infiniment supérieures à tout ce qu'imaginait la pensée unique équestre.

Au Haras du Champ du Loup, nous avons intégralement misé sur cette approche depuis bien longtemps. 

Le cheval dispose d'une mémoire extraordinaire, qui, si elle est utilisée à bon escient, ouvre un chemin de progression dans l'étude de la basse-école puis de la haute-école absolument extraordinaire.

En associant à cela une parfait connaissance de ses capacités de compréhension , et voilà tous les ingrédients pour construire un langage basé sur le respect mutuel et la création d'un dialogue inter-espèce.

A l'instar de l'apprentissage d'une langue étrangère, nous apprenons à nos élèves "à parler cheval"

Et fait très étonnant, les chevaux répondent systématiquement favorablement à cette démarche qui de surcroit permet au cavalier d'aller à sa propre rencontre puisque le cheval devient de cette manière un révélateur de personnalité.

Pré-éducation du jeune cheval (débourrage)

La pré-éducation du poulain plus couramment et improprement appelée "débourrage" représente sans aucun doute l'étape la plus importante de la vie du cheval en devenir.

Avec la prise de conscience des capacités de mémorisation du cheval, cette période doit être appréhendée avec prudence, circonspection et expérience. La moindre maladresse peut se répercuter ad vitam sur le comportement du futur cheval.

Plusieurs décennies d'expériences associées aux révélations récentes concernant l'intelligence du cheval, permet de proposer à nos clients une pré-éducation de leur poulain, quelles que soient sa race et ses origines. 

Mais dans tous les cas, cette période s'étale toujours au minimum sur une durée de 6 mois voire 1 an.

Rappelons que François Robichon de la Guérinière disait que l'on ne travaille pas un cheval avant 7 ans.

Même si le poulain est manipulé et familiarisé avec le contact des humains, la pré-éducation devrait raisonnablement commencer vers 3 à 4 ans avec un travail très allégé au début et progressif surtout afin de laisser le corps de l'animal arriver à sa maturité naturelle sans prendre le risque de blessures et de traumatismes artificiellement créés sur des articulations et des tendons fragiles et en pleine croissance.

Les temps de repos et de récupération sont de fait aussi important que les séances de travail.

L'expérience du travail avec de nombreuses races de chevaux nous indique que même si l'âge de la maturité psychologique du poulain est variable, son physique n'arrive jamais naturellement à sa fin de croissance avant  l'âge de 5 ans dans le meilleur des cas, voire 7 ans pour la plupart des races.

Le conseil de La Guérinière prend ainsi tout son sens.

Etude théorique et pratique de la Basse-Ecole et de la Haute-Ecole

Jadis la gradation du niveau d'équitation se traduisait par les termes de "Basse-Ecole" et de "Haute-Ecole".

Il s'agit d'une progression qui va du simplement mouvement en avant jusqu'aux airs relevés, aux mouvements d'incurvation, aux changements de pieds au galop, puis au passage et au piaffé, l'aboutissement d'un travail alchimique, de quête d'équilibre et de transcendance.

Au Haras, nous vous proposons de renouer avec cette tradition issue de l'équitation ancienne.

Pas de recherche de performance ni de compétition. 

Seul l'amour du beau, de l'art, la recherche de perfection dans l'harmonie doivent guider le chemin d'évolution.

A l'instar de la différence entre la gymnastique et la danse, l'équitation puis dans son prolongement l'art équestre s'inscrivent dans cette philosophie dichotomique.

Accessible à tout un chacun, ce chemin s'ouvre dans une vision qui englobe tant la connaissance de l'histoire, que de la philosophie, de la spiritualité ou du symbolisme.

Mais bien évidemment, nos élèves ne sont pas déconnectés du monde moderne et pourront également passer les "Galops d'Equitation", la gradation moderne de la Fédération Equestre.

Travail en liberté

Le travail en liberté ouvre un autre chemin de connaissance et de langage entre le cavalier et le cheval. 

Il permet d'appréhender les possibilités du langage dans l'exécution d'autres exercices, d'autres expressions.

C'est également une manière d'affiner le langage entre le cavalier et son cheval.

Sous un angle éthologique, le cavalier devient vraiment le leader à l'instar d'un chef de troupeau et va par un langage affiné obtenir du cheval toutes les figures que celui-ci exécute naturellement dans le troupeau.

Ce qui semble être un jeu répond en réalité à des règles et à des codes de langage inaliénables.

Il s'agit avec certitude d'une expérience que n'importe quel cavalier devrait acquérir car elle modifie incontestablement le regard de l'humain sur le cheval par un apport relationnel complémentaire au travail sous la selle.

Soins du cheval et entretien des écuries

Le soin aux chevaux fait partie des enseignements qui complètent nos cursus.

Nous proposons volontiers de rétablir les méthodes de pansage d'antan particulièrement intéressantes et pédagogique. 

Aujourd'hui, alors que tout va vite et que l'on court après le temps, l'apprentissage du pansage, mais plus encore, la création de ce premier contact avant le travail s'avère essentielle.

Le cheval vit à l'instant présent en permanence. Il se fiche du temps qui passe et ne se préoccupe que des signaux que lui envoie son horloge biologique quand il a faim, quand il a soif ou quand il est fatigué.

Tout le reste n'est qu'anthropomorphisme et imaginaire des humains.

Aussi es-il  indispensable de consacrer toute son attention à cette étape, qui outre les soins de toilettage, permettent également de diagnostiquer toute blessure et défaut d'attitude.

Cette étape est également importante après le travail, puisque c'est à ce moment-là que le cheval, une fois débridé et la selle retirée, nous indique la valeur du travail qui a été effectué par la posture, la décontraction, les zones et les intensités de sueur.

Cette étape n'est surtout pas à sous-estimer car elle révèle des indications précieuses pour l'orientation du travail des séances futures.

Protection des chevaux

La protection des chevaux qui habituellement est réservée aux associations habilitées, fait partie de l'enseignement au Haras du Champ du Loup.

Francis Stuck, en qualité de membre-fondateur de Equisauve et de Président de l'Académie Equestre Militaire de Saint-Georges, dispose d'une solide expérience en matière de protection des équidés, notamment dans le domaine de la prévention et des interventions sur le terrain.

Nous enseignons à nos élèves :

  • Comment évaluer une situation ?

  • A partir de quel moment peut-on considérer qu'un animal est en détresse ?

  • Comment évaluer la détresse physique ?

  • Comment évaluer la détresse psychologique ?

  • Quelles sont les normes du cadre environnemental de détention d'un cheval ?

  • Que faire face à un animal en détresse ?

  • Quelles sont les procédures à engager ?

  • Quelles sont les autorités à prévenir ?

  • Quelle est la jurisprudence dans ce domaine ?

Autant de questions dont la connaissance des réponses peut apporter une réaction rapide dans des situations  de négligence ou de mauvais traitement à chevaux.

Etude du symbolisme du cheval et de l'équitation

Les symbolisme si souvent réservé à un petit nombre d'intellectuels passionnés présente de nombreux enseignements particulièrement intéressants dans la compréhension de l'art de l'équitation. Les symboles représentent des illustrations imagées, des métaphores qui autorisent une meilleure compréhension par l'illustration en image.

Avec le Centaure, Pégase, la Licorne ou dans une dimension plus mystique avec Saint-Georges terrassant le dragon, le Christ à cheval et plus généralement toutes les illustrations mettant en scène un cheval, la symbolique est présente à plusieurs niveaux et nous ouvre des chemins pédagogiques multiples.

La lecture des symboles, leur interprétation et leur traduction dans l'opérativité se pratique à plusieurs niveaux.

La première lecture est purement rationnelle et temporelle. Elle rattache le symbole à l'histoire et généralement à un ou plusieurs personnages qui ont marqué leur temps.

La seconde lecture est sociétale et nous ouvre à un certain nombre de réflexions liées aux relations entre les humains.

Une troisième lecture est initiatique et nous révèle des enseignements destinés à notre propre modification de conscience.

La quatrième dimension est mystique et nous invite à la révélation de notre Être profond.

Au-delà de ces angles d'étude variables, nous intégrons à notre réflexion tous les éléments naturels ou artificiels qui permettent de comprendre le sens de ces réflexions.

Autrement dit, les éléments de bride, de direction, d'équilibre, de locomotion, mais également les positions du cheval, du cavalier, le mode de pensée, etc  ... présentent un aspect symbolique qui permet d'illustrer de manière concrète le langage et l'action temporelle de l'équitation.

Etude du rapport entre la cosmologie et l'équitation

L'équitation s'inscrit dans une vision panoramique de notre espace temporel. 

Quel rapport avec la cosmologie ? Cette révélation fut inattendue. En cherchant à une image qui pourrait donner une vision de référence de ce qu'est l'équilibre idéal, nous nous sommes référé à cette gravure présentant M. de Nestier sur l'étalon Le Florido. A noter que cette image fut l'illustration de référence de l'équilibre parfait à cheval.

Or en détourant le cavalier et sa monture et en les positionnant sur une mappemonde, nous constatons que le cavalier est orienté dans l'axe de rotation de la Terre et que le cheval est placé dans l'axe de l'équateur.

Ainsi, le couple cavalier / Cheval incarne l'espace temporel.

De fait, nous nous intéressons à la signification des différents éléments qui permettent au cavalier et au cheval de se mouvoir dans l'espace. Le mors devient ainsi un élément stellaire qui positionne le cheval dans l'espace. Ce positionnement est conditionné par les agissements du cavalier qui agit sur le mors pour indiquer au cheval le repère autour duquel il va s'enrouler, aidé en cela par le cavalier qui utilise son buste comme la perche de l'équilibriste.

Ce phénomène d'arrondissement du cheval par un enroulement progressif lui fait engager les membres postérieurs qui ainsi s'engagent sous la masse corporelle et se rapprochent, toute proportion gardée, de la pointe du nez du cheval.

Cela n'est pas sans rappeler le symbole de l'Ouroboros ...

La encore, nous découvrons un enseignement initiatique majeur.

L'équilibre parfait est obtenu quand l'axe vertical et horizontal sont totalement perpendiculaires en orientés selon de positionnement de la Terre dans l'espace cosmique.

Or en y rajoutant le regard symbolique, tout cela prend un sens étonnant de vérité. De surcroit en cherchant à respecter le positionnement indiqué dans cette gravure, le cheval répond instantanément comme un miroir qui réfléchit l'image idéale qui lui est présentée.

Mais comprenne qui pourra ...

Etude de l'archéologie du geste

L'étude de l'archéologie du geste nous permet d'apprendre et de comprendre l'évolution de la pratique de l'équitation par delà le temps et les divers usages du cheval.

Aujourd'hui, les chevaux ne sont guère plus utilisés que dans le domaine des loisirs sauf quelques exceptions de travail rural, forestier ou de patrouilles policières.

Jadis, les chevaux étaient partout, tant en ville que dans les campagnes. Ils étaient les supplétifs des humains pour le voyage, le transport, le travail agricole, la guerre et globalement presque toutes les activités humaines.

Les manières de monter, de travailler, d'éduquer, de dresser les chevaux ont évolué au fil des âges.

L'archéologie du geste s'intéresse à ces évolutions et associé à la pratique équestre, permet de comprendre, d'optimiser voire de rétablir certaines pratiques anciennes.

C'est là, l'approche de notre équitation avec une remise en question permanente et une quête de perfectionnement de chaque instant, nous intéressant bien évidemment aux apports contemporains tout en maintenant un regard dans les rétroviseurs afin de synthétiser pour mieux optimiser la pratique quotidienne.

Etudes théoriques et pratiques des diverses cultures équestres

Le cheval en général et plus particulièrement l'équitation sont au coeur de la plupart des cultures civilisationnelles.

Pour la préservation de ce patrimoine culturel mais également liée ethnologie et à l'évolution des civilisations, il est passionnant de découvrir ou de redécouvrir des cultures spécifiques :

- le Yabusame japonais

- la poste hongroise

- la Djiguitovka, voltige cosaque

- l'équitation de tradition portugaise

- l'équitation du monde arabe

- l'équitation mongole

- l'équitation Western

- la Garde Rouge Sénégalaise

- etc ...

Etude des races de chevaux, de leur utilisation et de leurs spécificités

L'étude qui mène à la connaissance des diverses races de chevaux et de leur utilisation fait partie intégrante des enseignements indispensable à la formation d'un écuyer. Toutes les races de chevaux ont fait l'objet de sélections et d'orientations  liées à leur utilisation. Les spécificités climatiques, les modes de vie sédentaires ou nomades des humains ont également déterminé l'évolution de certaines races d'équidés.

Selon l'utilisation pour laquelle ils sont prédestinés, leur morphologie ainsi que leur psychologie a pu évoluer et s'adapter au fil du temps. De ce fait, le travail d'un pur sang arabe, d'un frison, d'un lusitanien, d'un selle français ou d'un quarter-horse présentent des approches totalement différentes afin de respecter les spécificités de chaque espèce.

Aujourd'hui, nous voyons souvent des acquéreurs qui effectuent leur choix par "coup de coeur".

Ils oublient que le cheval de type "carte postale" et très à la mode ne correspond peut-être pas du tout au travail que le cavalier espère lui demander.

Il en est de même concernant le mental de certaines races qui ne correspondent pas à tout cavalier et qui nécessitent beaucoup d'expérience afin de ne pas commettre des erreurs irréparables ou d'aller au devant d'accidents dont l'ignorance est la cause.

Le temps de vie partagé avec un cheval peut atteindre 30 années. Aussi vaut-il mieux s'assurer de ses choix avec de s'engager.

Le plaisir et l'harmonie sont au bout de ce chemin de connaissances.

Histoire de l'Equitation - Etude des grands écuyers - Leur idéologie et leur philosophie

L'histoire de l'équitation est ponctuée et enrichie des apports des maîtres écuyers qui se sont succédés à travers les âges.

Depuis les tablettes cunéiformes de Kikkuli qui datent de 2000 ans avant notre ère, en passant par Xénophon, puis les traités de chevalerie, l'Ecole de Cavalerie de François Robichon de la Guérinière, François Baucher, James Fillis, Steinbrecht, Manuel Carlos de Andrade, L'Hôte,  De Carpentry, Nuno Oliveira, pour n'en citer que quelques uns parmi tous, on marqué de leur empreinte et de leur expérience l'évolution de l'équitation.

Au-delà des aspects purement équestres, il est particulièrement intéressant d'analyser chaque écuyer en étudiant le contexte temporel, son époque, les événements qui ont marqué sa vie et la vie de ses contemporains, sa philosophie, sa biographie et plus généralement tous les éléments qui permettent de comprendre sa pensée, ses orientations et ses choix au-delà d'une considération purement technique.

Ces apports particulièrement bénéfiques d'un point de vue culturel s'avère également hautement pédagogiques quant à la mise en oeuvre des doctrines des différents écuyers qui se succédèrent à travers les âges.

Equitation, spiritualité et mystique

L'équitation s'inscrit clairement dans une vision globale qui intègre toute notion de transcendance.

Par le cheval, ses symboles et leur transcription au quotidien, nous ouvrons un chemin de développement personnel et de compréhension des textes spirituels qui, tous, utilisent à un moment ou à un autre, la métaphore du cheval.

Ainsi, le cheval se retrouve dans tous les mouvements spirituels et tous les textes sacrés sur lesquels reposent les dogmes religieux.

Dans le christianisme, Saint-Georges terrassant le dragon et le Christ à Cheval.

Dans le Taoïsme, le chemin d'éveil est comparé au dressage du cheval.

En Chine, le destin du monde fut révélé sur le dos d'un cheval sortant du fleuve, selon l'empereur Fou Hi.

En Islam, le cheval de pur sang arabe tient une place prépondérante dans toute la culture musulmane en général et arabe en particulier.

Si la parabole du cheval est utilisée dans les textes sacrés, c'est dans un but de transmission d'enseignements mystiques majeurs mais qui se révèlent uniquement dans une seconde voire une troisième lecture.

Il en est de même pour l'équitation qui amène progressivement une modification de l'état de conscience à condition que l'on emprunte ce chemin de recherche et d'introspection qui mène à la rencontre de soi-même.

Ainsi, la plus belle des randonnées que nous propose le cheval est celle qui nous emmène en nous-même.

Le cheval et l'équitation dans l'art

Le cheval est omniprésent dans l'art à travers tous les âges.

Depuis les grottes préhistoriques de Lascaux jusqu'au décors de la station de métro Campo Pequeno de Lisbonne (Portugal) le cheval a accompagné invariablement toute l'histoire de l'humanité dans tous ses états, dans toutes ses demeures, dans toutes ses actions et dans toutes ses expressions.

De surcroit, l'analyse posturale de chevaux dessinés, peints ou sculptés au fil des âges, nous révèle nombre de détail quant aux méthodes de dressage, aux approches biomécaniques et autres philosophies équestres en général.

Mais au-delà des aspect purement rationnels, le cheval se retrouve dans toutes les formes d'expression artistiques, y compris la musique, la littérature et la poésie.

Ne serait-ce que pour l'enrichissement culturel individuel, nous proposons des rencontres avec des artistes divers, des conférenciers, des spécialistes en art et culture en général.

L'art étant l'expression de l'âme, il permet également d'exacerber nos sens en modifiant notre état de conscience.

C'est également cela, l'équitation.

L'équitation martiale

Qu'entendons-nous par équitation martiale ?

Il s'agit des techniques équestres qui furent en usage sur les champs de bataille depuis la nuit des temps et jusqu'à la disparition des combats guerriers à cheval.

C'est la mise en pratique des préceptes de François Robichon de la Guérinière notamment qui en qualité d'écuyer du Roy était en charge de la formation des chevaux de guerre.

Nous proposons ainsi de redécouvrir ces pratiques anciennes qui représentent autant d'exercices de mobilisation du cheval avec des changements de direction rapides, de la maniabilité, de l'escrime ancienne, des jeux équestres traditionnels avec épées, lances, etc ...

Ces techniques peuvent être exercées également avec une vachette ou un taureau qui simule l'adversaire par des attitudes combattantes. 

Nous précisons toutefois que ces pratiques n'ont philosophiquement rien à voir avec la tauromachie puisque tous ces exercices se font dans le plus profond respect des protagonistes en présence, à l'instar des arts martiaux.

Xénophon exerçait jadis ses chevaux et ses soldats de cette manière pendant les périodes de paix afin d'éduquer les jeunes chevaux et jeunes soldats et de maintenir le niveau technique des chevaux et soldats plus aguerris.

La chevalerie

La Chevalerie historique et authentique induit tous les enseignements de l'équitation, de la spiritualité et des sciences de l'esprit. Etre chevalier, c'est d'abord une philosophie de vie. Jadis, les commanderies des ordres de chevalerie étaient des centres de formation dont les enseignements étaient principalement orientés autour du cheval et de la spiritualité.

Les caricatures de chevalerie qui foisonnent aujourd'hui sont sans intérêt et n'ont aucune commune mesure avec la chevalerie authentique de jadis. 

Il demeure quelques rare Ordres qui perpétuent la tradition chevaleresque et ses enseignements, tel l'Ordre de Saint-Georges.

Par contre, la chevalerie historique nous livre de nombreux enseignements dans les sciences de l'esprit, dans la spiritualité ou dans le symbolisme. 

Le cheval est dans ce cas souvent utilisé comme une allégorie avec un rôle ou une fonction particulière qui dépasse l'utilisation temporelle domestique.

C'est le cas notamment de Saint-Georges terrassant le dragon.

Les matériels, les harnachements : histoire, usage, fonctionnalités

Le choix des matériels et des harnachement utilisés se détermine selon l'utilisation qui est faite du cheval.

Chaque type de selle, de bride ou d'embouchure a une origine particulière qui n'a rien à voir avec les phénomènes de mode qui proposent des matériels visuellement esthétiques, mais qui s'avère à l'usage inconfortables, inadaptés pour le cheval, le cavalier ou pour les deux et de surcroit fragiles avec une résistance à l'utilisation très sommaire.

La connaissance des arçons qui composent les selles, des structures de quartier, des points d'équilibre, des points de contacts, des métaux qui composent les mors, des types de mors, des étriers, de la connaissance de l'évolution historique de ces éléments déterminent le confort d'utilisation et bien souvent la qualité de la relation construite avec le cheval.

Please reload

NOTRE ADRESSE
PARTENAIRE DE 
ECRIVEZ-NOUS

Francis Stuck

21, rue de Dannemarie​

90150 REPPE

France

Envoyer un email : cliquez ICI
Tel :  06 07 09 21 01

WhatsApp :  +33 607 09 21 01

 

Wir sprechen Deutsch

We speak English.

RESTONS

EN CONTACT

  • Facebook Social Icône
conservatoire | titre et logo | hd | fon

© 2020 by harasduchampduloup.fr   I   Tous droits réservés   I   Conception et Développement SFDev - Contact