A propos de l’équilibre …


Comme le précise François Robichon de la Guérinière, l’équilibre représente la finalité de l’équitation, le point ou apparait la légèreté et ou tout mouvement de haute-école devient possible.

Cette notion d’équilibre est évoquée dans les traités d’équitation par de nombreux écuyers.

Toutefois, la notion d’équilibre dans sa vision fondamentale est soumise à des lois telles que la gravité, la physique et d’autres notions de déplacement des volumes dans l’espace.

Et le juge de paix s’incarne dans la réalité des perceptions que reçoit le cavalier en selle.

Car quand l’équilibre apparait, il n’y a plus de doute. Seule subsiste une conscience indescriptible de l’harmonie parfaite.

Si nous posons une badine à l’horizontale sur un doigt tendu, il faut chercher le fameux point d’équilibre afin qu’elle ne tombe pas au sol. Et ce point n’est pas négociable, ni conceptualisable. Il est unique et répond aux lois physiques terrestres chère à Newton. A défaut, il faut compenser d’un côté ou de l’autre.

Aussi, à cheval il en est de même. En équilibre, il n’y a plus de tension dans les rênes car il n’y a plus de compensation à effectuer. Car le cheval corrige par lui-même son équilibre dans le mouvement à condition que le cavalier aille dans son sens. C’est la seule réalité possible. C’est également la clé à toutes les difficultés liées aux airs de la haute-école. Sans équilibre, pas de changements de pied, pas de piaffe, pas de passage … ou alors par la force et la contrainte et ce n’est pas le but de l’équitation. Le piaffe sans équilibre est un piétinement intempestif en force et sans grâce.

Et le cheval ne s’y trompe pas. Tous, quelle que soit leur race et sans exceptions, acceptent une pratique de l’équitation qui va dans ce sens car elle est génératrice d’harmonie, de facilité et de plaisir réciproque.

Mais cela revient à chercher une posture de travail conforme à celle que préconise La Guérinière qui demeure incontournable. Ce n’est pas un principe ni même une méthode, mais une loi physique.

Précisons toutefois que même si la posture haute est une finalité, l’extension d’encolure est nécessaire au même titre que le stretching pour n’importe quel sportif, sans oublier les notions d’impulsion et de mouvement en avant.

Mais pourquoi a-t-on érigé en dogme cette position de détente comme c’est devenu le cas actuellement au point d’en faire une pensée unique ? Je n’ai jamais vu de coureur en athlétisme faire son parcours et gagner en étant plié en avant avec la tête basse. Tout comme on n’a jamais vu un athlète créer de la masse musculaire en étirant ses muscles mais bien en les comprimant.

Cela est irrationnel pour n’importe quel sportif.

Tout ce travail de quête d’équilibre devient d’autant plus facile en intégrant la notion d’intelligence et de capacités cognitives du cheval ainsi que l’apprentissage du langage inter-espèce pour le cavalier à cette chaine de réflexion.

Car le cheval demeure un Être intelligent et sensible. Et nul autre que lui ne ressent mieux ce qui se passe dans son corps dans le mouvement équestre. En réalité, par la conceptualisation et l’ignorance sans fin des cavaliers, le cheval est devenu un spécialiste de la déduction et de la correction, plus que n’importe quel humain. Il passe son temps à essayer de comprendre un langage flou généré par des aides intempestives et gêné en cela par des entraves qui empêchent une liberté de mouvements naturels et qui malheureusement au final, suscitent en plus des pathologies et des défenses.

Mais quand il est respecté, compris et libéré pour lui permettre de redevenir le supplétif du cavalier, tout devient facile.

Tout cela est en réalité tellement simple que c’en est infiniment compliqué. Il suffirai pour cela de cesser de conceptualiser et de revenir à la compréhension fondamentale des lois de la gravité et de se remettre à l’intelligence naturelle du cheval en apprenant son langage pour accéder à des sensations qui modifient l’état de conscience des cavaliers.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
NOTRE ADRESSE
PARTENAIRE DE 
ECRIVEZ-NOUS

Francis Stuck

21, rue de Dannemarie​

90150 REPPE

France

Envoyer un email : cliquez ICI
Tel :  06 07 09 21 01

WhatsApp :  +33 607 09 21 01

 

Wir sprechen Deutsch

We speak English.

RESTONS

EN CONTACT

  • Facebook Social Icône
conservatoire | titre et logo | hd | fon

© 2020 by harasduchampduloup.fr   I   Tous droits réservés   I   Conception et Développement SFDev - Contact